Online shopping for the latest electronics, fashion, phone accessories, computer electronics, toys, home&garden, home appliances, tools, home improvement and more.

FIVE_BUCKS_ALI

HELP_BUTTON

ALIepnDYNAMIX

HOLLOWEEN

ebayDYNAMIX

WEEKLY DEALS

Flash Deals

Masques : stop ou encore?

Le port du masque questionné, une écurie critiquée, une justice piratée.
JE M'ABONNE


Bonjour 👋 

Nous sommes le lundi 7 septembre.  Voici votre Newsletter du Matin. Bon début de semaine à toutes et tous!



Anticiper

LES INFOS DU JOUR
Le Conseil d'Etat valide le port du masque, le MoDem cogite dans les Landes, Assange bataille devant la justice britannique

Le tribunal administratif de Strasbourg avait imposé l'assouplissement du port du masque en ville, une décision cassée dimanche soir par le Conseil d'Etat. (AFP)

1 - Hier soir, peu avant minuit, le Conseil d'Etat a entériné en grande partie des arrêtés préfectoraux imposant le port du masque généralisé à Strasbourg, 12 autres villes du Bas-Rhin et à Lyon et Villeurbanne. Demain, ce sera au tour du tribunal administratif de Rouen de se pencher sur l'arrêté concernant la ville normande.

2 - Aujourd'hui et demain, le MoDem organise ses journées parlementaires à Biscarrosse (Landes). Le Premier ministre Jean Castex, ainsi que les ministres Gérald Darmanin (Intérieur) et Eric Dupont-Moretti (Justice), y sont attendus alors qu'Emmanuel Macron souhaite élargir l'alliance majoritaire au-delà d'En marche et du MoDem,comme le révélait le JDD hier.

3 - Julian Assange sera ce matin devant la justice britannique pour bloquer son extradition aux Etats-Unis. Le fondateur de WikiLeaks est accusé par Washington d'avoir violé l'Espionage Act en ayant diffusé plus de 70.000 documents classifiés.

L'ACTU À VENIR

Covid-19 : le gouvernement envisage de réduire la durée de la quatorzaine

Lire la suite

INFO JDD. Des Journées du patrimoine sous la menace du Covid-19, l'Elysée et Matignon seront bien ouverts

Lire la suite


Expliquer

NOTRE TOPO D'ACTU
Pourquoi Ferrari ne gagne plus rien en F1

La Ferrari de Charles Leclerc lors des essais vendredi à Monza, en Italie. (Reuters)

Ferrari n'a pas gagné une seule course depuis un an. Pierre Gasly (AlphaTauri) a remporté hier à Monza le Grand Prix d'Italie, une première pour un pilote français en Formule 1 depuis 1996. Gasly, 24 ans, s'est imposé à l'issue d'une course complètement folle, notamment marquée par l'abandon des deux monoplaces de Ferrari : le pilote star Sebastian Vettel a dû s'arrêter en début de course à cause de ses freins, tandis que Charles Leclerc s'est crashé sur un mur de pneus. A une semaine du Grand prix de Toscane, le millième de l'histoire de la Scuderia, le constructeur italien vit une descente aux enfers. Sa dernière victoire remonte au Grand prix de Singapour du 22 septembre 2019.

Une entourloupe sur le moteur. Les ennuis ont commencé quand, début novembre 2019, la Fédération internationale de l'automobile (FIA) a envoyé aux écuries une directive technique précisant le mode de gestion des moteurs. Jusque-là, Ferrari usait d'un subterfuge pour injecter plus de carburant et de lubrifiant, donc plus d'énergie, dans les cylindres de son V6. La petite entourloupe a tourné à l'affaire politique lorsque la FIA a indiqué avoir trouvé un accord avec la Scuderia, sans la pénaliser, et reçu l'assurance que celle-ci allait désormais se mettre en conformité. Avec des effets désastreux sur la performance de ses monoplaces.

Une crise de gouvernance. Après la technique, les hommes. Mattia Binotto est pointé du doigt pour ses errances managériales, notamment la gestion peu élégante de Vettel, remplacé par Carlos Sainz Jr. (McLaren) la saison prochaine. Cet ingénieur motoriste de formation avait remplacé début 2019 Maurizio ­Arrivabene, un homme du marketing lui aussi considéré comme une erreur de casting. Si le président du groupe Fiat (propriétaire de Ferrari), John Elkann, a renouvelé sa confiance à Binotto, il n'a pas précisé jusqu'à quand.

👉 Si vous voulez en savoir plus sur le sujet, cliquez ici.

NOS ARTICLES POUR DÉCRYPTER ET MIEUX COMPRENDRE

Incendie, sabotage, sécession, intervention de l'armée : les 4 scénarios noirs de la présidentielle américaine

Lire la suite

Face à l'OPA annoncée de Veolia, Suez organise sa défense

Lire la suite


Surprendre

NOTRE INFO EN PLUS
Le tribunal de Paris a été la cible d'un vaste piratage informatique

Une enquête a été ouverte après l'attaque qui a ciblé le tribunal de Paris. (AFP)

Le tribunal de Paris vient d'être la cible d'une attaque informatique massive. Le procureur de la République, Rémy Heitz, lui-même visé par cette intrusion hostile sur son propre ordinateur, a ouvert, jeudi, une enquête préliminaire pour en déterminer les auteurs. Plusieurs magistrats, dont certains appartiennent au pôle national financier, et des avocats parisiens chargés d'affaires sensibles ont en effet été touchés.

Cette opération de piratage semble avoir emprunté un chemin classique en la matière, celui d'un "cheval de Troie". Des faux mails ont ainsi été expédiés notamment à destination d'avocats comme Pierre Cornut-Gentille, spécialisé dans le droit pénal des affaires. Il s'agissait, en apparence, d'échanges anciens entre les deux confrères ou entre collaborateurs des cabinets.

"J'ai été alerté parce qu'ils étaient accompagnés d'une fausse adresse, témoigne Me Cornut-Gentille. J'ai donc décidé de ne pas cliquer et du coup, je n'ai pas été atteint, comme me l'a confirmé mon informaticien." L'ouverture malencontreuse de l'un de ces courriels serait bel et bien à l'origine de la contamination qui a provoqué d'importants dégâts pendant plusieurs heures et dans de nombreux appareils.

👉 Pour en savoir plus sur le sujet, cliquez ici.

NOS ARTICLES QUI VONT VOUS SURPRENDRE

Jean-Paul Rouve au JDD : "Annie Cordy me disait souvent : 'Quand je vais mourir, on se souviendra de Tata Yoyo'"

Lire la suite

Le prétendu fils d'Alain Delon renvoyé vers la justice suisse

Lire la suite



Découvrez notre offre d'abonnement, gratuite pendant 2 mois
  • Le Journal du Dimanche, le week-end, votre journal à lire et télécharger en version numérique dès le samedi soir à 23h45
  • Le Journal de Demain, chaque soir, du lundi au samedi, l'actualité du lendemain ... avant tout le monde
  • Bon Dimanche, le mercredi, La sélection exclusive de la rédaction pour organiser votre week-end
  • Bon Dimanche à Paris, le vendredi, votre week-end à Paris et en Île-de-France
  • Lejdd.fr en illimité, 100% des articles premium disponibles
Je m'abonne
0€ pendant 2 mois, puis 6,90€/mois


ON RESTE EN CONTACT ? 

Si vous ne souhaitez plus recevoir ce type d'e-mails, veuillez vous désabonner ici


En application des dispositions de la loi nº 78-17 du 6 janvier 1978 dite « Informatique et Libertés » modifiée, toute personne physique dispose des droits d'accès, de rectification, d'opposition et de suppression des données la concernant. L'exercice de ces droits peut s'effectuer à tout moment par la voie postale à l'adresse suivante : Le Journal du Dimanche - 2 rue des Cévennes 75015 Paris

>