Online shopping for the latest electronics, fashion, phone accessories, computer electronics, toys, home&garden, home appliances, tools, home improvement and more.

FIVE_BUCKS_ALI

HELP_BUTTON

ALIepnDYNAMIX

HOLLOWEEN

Les vols pour nulle part cartonnent mais...

Une bonne nouvelle, deux hommages
JE M'ABONNE


Bonjour 👋 Nous sommes le mercredi 23 septembre. Voici votre Newsletter du Matin.


"Covid matin, midi et soir" pour les préfets
Lire la suite


Anticiper

LES INFOS DU JOUR
Une bonne nouvelle pour la parentalité, un hommage à Jacques Chirac et à Ruth Bader Ginsburg
Hommage à "RBG", juge de la Cour suprême, à Portland. (Reuters)

1 - La durée du congé du deuxième parent allongée. A l'occasion d'un déplacement dans un centre de protection maternelle infantile de l'Essonne, Emmanuel Macron annoncera aujourd'hui plusieurs mesures pour clore le travail de la commission chargée de réfléchir aux "1.000 premiers jours de l'enfant". La durée du congé du second parent va notamment être allongée à 28 jours, contre 14 jours consécutifs actuellement(en comptant les trois jours après la naissance). Une partie de ce congé deviendra également obligatoire.

2 - Chirac honoré... Pour célébrer la mémoire de l'ancien président de la République, un an après sa disparition, une plaque sera déposée ce matin à l'Assemblée nationale sur le siège 99, longtemps occupé par le député de Corrèze. Sa fille, Claude, ainsi que le président de l'Assemblée, Richard Ferrand, et du parti Les Républicains, Christian Jacob, participeront à la cérémonie. Jacques Chirac est le 65e député à avoir une plaque à son nom dans l'hémicycle.

3 - ... tout comme Ruth Bader Ginsburg. La dépouille de la juge américaine, décédée le 18 septembre dernier, sera exposée à partir d'aujourd'hui à la Cour suprême pour deux jours. Le corps de la progressiste "RBG" rejoindra ensuite le Capitole, où le public pourra lui rendre un dernier hommage.
👉 Découvrez ici pourquoi la nomination d'un nouveau juge bouscule l'élection présidentielle américaine.

L'ACTU À VENIR

Après les municipales, les écologistes vont-ils retrouver un groupe au Sénat?

Lire la suite

Les films en salles cette semaine : "Blackbird", "Les apparences", "Ailleurs"

Lire la suite



Expliquer

NOTRE TOPO D'ACTU
Affaire Altrad : pourquoi Bernard Laporte et quatre autres personnes sont-elles en garde à vue?

Bernard Laporte, président de la Fédération française de rugby, en août dernier. (Sipa)

Cinq gardes à vue. Bernard Laporte, président de la Fédération française de rugby (FFR) vient d'être placé en garde à vue par la police financière dans l'enquête sur ses liens avec le groupe de Mohed Altrad, propriétaire du club de Montpellier et sponsor du XV de France. Ce dernier a également été placé en garde à vue, tout comme Claude Atcher, patron du Mondial 2023, Serge Simon et Nicolas Hourquet, deux hauts responsables de la FFR.

Une diminution des sanctions. L'ancien sélectionneur de Toulon est accusé d'être intervenu auprès de la commission d'appel de la Fédération pour faire diminuer les sanctions contre le Montpellier Hérault Racing en 2017.

Un sponsor important et des liens d'affaires. Trois mois plus tôt Altrad était devenu unsponsor important du XV de France, soutien de taille de la candidature française pour l'organisation de la Coupe du Monde 2023. En 2017, le JDD avait également révélé l'existence d'un contrat entre les sociétés Altrad Investment Authority et BL Communication, gérée par Bernard Laporte.

Un mauvais "timing". L'avocat du président de la Fédération, Me Jean-Pierre Versini-Campinchi a dénoncé lundi le "timing" de cette nouvelle convocation, à quelques jours de l'élection du prochain président de la FFR. Un scrutin pour lequel Bernard Laporte est candidat à sa succession, face à Florian Grill. 


👉 Pour en savoir plus, retrouvez notre article ici
NOS ARTICLES POUR DÉCRYPTER ET MIEUX COMPRENDRE

Canada : Justin Trudeau peut-il rebondir face au Parlement?

Lire la suite

La droite renforcée, LREM affaibli... Voici les enjeux des élections sénatoriales

Lire la suite



Surprendre

NOTRE INFO EN PLUS
La chaîne M6 bannie d'Algérie

Manifestation à Alger, en décembre dernier. (Sipa)

M6 n'a plus le droit d'émettre en Algérie depuis lundi soir. La chaîne française est au cœur d'une polémique de l'autre côté de la Méditerranée en raison d'un reportage diffusé dimanche. Dans "L'Algérie, le pays de toute les révoltes", les journalistes reviennent sur le "Hirak", le mouvement de contestation qui secoue le pays. Selon les autorités locales, le documentaire porte un "regard biaisé" sur les événements.

Le ministère de la Communication fustige des "témoignages insipides", des "clichés les plus réducteurs" et "une somme d'anecdotes sans profondeur". L'une des protagonistes de l'enquête, Noor, une YouTubeuse connue en Algérie, a expliqué lundi sur les réseaux sociaux qu'elle regrettait avoir participé au documentaire et a déploré "le manque de professionnalisme" de la chaîne française.

La chaîne française M6 a contesté vigoureusement mardi les accusations du gouvernement algérien, notamment celle d'avoir tourné sans autorisation. Elle assure que le reportage, diffusé dans le magazine "Enquête exclusive", a bien été réalisé par une équipe qui bénéficiait d'une autorisation de tournage délivrée initialement en mai 2018 et prolongée plusieurs fois jusqu'en 2019. L'équipe de tournage a d'ailleurs "été contrôlée à plusieurs reprises par les autorités algériennes", qui l'ont laissée travailler au vu de cette autorisation.

La diffusion en mai dernier par la chaîne publique France 5 d'un autre documentaire sur la jeunesse algérienne et le "Hirak" - "Algérie mon amour" du journaliste et réalisateur français d'origine algérienne Mustapha Kessous - avait déclenché une crise diplomatique entre Alger et Paris.

NOS ARTICLES QUI VONT VOUS SURPRENDRE

Karin Viard : "Je ne sais pas gérer mon image"

Lire la suite

Le mort mystérieux de Saint-Ouen

Lire la suite



Découvrez notre offre d'abonnement, gratuite pendant 2 mois
  • Le Journal du Dimanche, le week-end, votre journal à lire et télécharger en version numérique dès le samedi soir à 23h45
  • Le Journal de Demain, chaque soir, du lundi au samedi, l'actualité du lendemain ... avant tout le monde
  • Bon Dimanche, le mercredi, La sélection exclusive de la rédaction pour organiser votre week-end
  • Bon Dimanche à Paris, le vendredi, votre week-end à Paris et en Île-de-France
  • Lejdd.fr en illimité, 100% des articles premium disponibles
Je m'abonne
0€ pendant 2 mois, puis 6,90€/mois


ON RESTE EN CONTACT ? 

Si vous ne souhaitez plus recevoir ce type d'e-mails, veuillez vous désabonner ici


En application des dispositions de la loi nº 78-17 du 6 janvier 1978 dite « Informatique et Libertés » modifiée, toute personne physique dispose des droits d'accès, de rectification, d'opposition et de suppression des données la concernant. L'exercice de ces droits peut s'effectuer à tout moment par la voie postale à l'adresse suivante : Le Journal du Dimanche - 2 rue des Cévennes 75015 Paris ou en nous contactant directement via le formulaire suivant 

>