Online shopping for the latest electronics, fashion, phone accessories, computer electronics, toys, home&garden, home appliances, tools, home improvement and more.

FIVE_BUCKS_ALI

HELP_BUTTON

ALIepnDYNAMIX

HOLLOWEEN

ebayDYNAMIX

WEEKLY DEALS

Flash Deals

"Des décisions difficiles"?

La fin du silence, la reprise de la saison
JE M'ABONNE


Bonjour 👋 

Nous sommes le jeudi 10 septembre. Voici votre Newsletter du Matin. Excellente journée à toutes et tous!



Anticiper

LES INFOS DU JOUR
Des "décisions difficiles", une parole qui se libère et une saison qui démarre

Unité de soins intensifs à Marseille, le 8 septembre 2020. (Reuters)

1 -"Des décisions difficiles". Alors qu'un nouveau Conseil de défense est organisé demain, Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique, estime que le gouvernement devrait prendre "des décisions difficiles", d'ici 8 à 10 jours, face au niveau "inquiétant" de l'épidémie de coronavirus. Il pointe notamment la situation en Provence-Alpes-Côte d'Azur et envisage le renforcement des protections autour des personnes à risque. 

2 - Nafissatou Diallo sort du silence. "L'affaire DSK a gâché ma vie", clame-t-elle à la une de Paris Match  (propriété du groupe Lagardère comme le JDD) qui paraît aujourd'hui. En mai 2011, Nafissatou Diallo avait accusé Dominique Strauss-Kahn, alors patron du FMI et favori de l'élection présidentielle à venir, de l'avoir violée dans la suite 2806 du Sofitel de Manhattan. Neuf ans après, elle maintient ses accusations : "Si c'était à refaire, je referais exactement pareil. Ce qui est arrivé m'est tombé dessus. J'ai dit la vérité et j'ai été privée de justice."

3 - Le PSG démarre enfin sa saison, ce soir à 21 heures. Après un premier report du match contre Lens qui devait se tenir le 29 août, le finaliste malheureux de la Ligue des champions affrontera les promus du Nord avec un effectif décimé par le coronavirus. Aux six forfaits de la semaine dernière (Icardi, Di Maria, Neymar…) s'ajoute celui de Kylian Mbappé. Thomas Tuchel devra composer avec une équipe B, voire C, avant le classico face à Marseille, dimanche. 

L'ACTU À VENIR

Christophe Castaner, candidat à la présidence du groupe LREM : "Je veux rassembler"

Lire la suite

A Ajaccio, les pays du sud de l'Europe se réunissent pour évoquer la Turquie, la Libye et les flux migratoires

Lire la suite


Expliquer

NOTRE TOPO D'ACTU
Donald Trump veut un vaccin avant la présidentielle du 3 novembre; est-ce possible? 

Donald Trump, en Caroline du Nord, le 9 septembre. (Reuters) 


Trump fait miroiter l'arrivée imminente d'un vaccin. Il l'a encore redit lundi. Le vaccin pourrait être disponible aux Etats-Unis, "avant un jour très spécial". "Vous savez de quelle date je veux parler", a-t-il ajouté dans une allusion au jour de l'élection présidentielle, le 3 novembre prochain. Pour Donald Trump, la question de la date d'arrivée du vaccin est primordiale. Elle lui permettrait d'effacer sa gestion erratique de la pandémie, alors que son pays va bientôt atteindre les 200.000 morts. Ainsi que le début de crise économique, alors que le président américain avait prévu, avant l'épidémie, de faire campagne en mettant en avant ses excellents résultats économiques (forte croissance, chômage au plus bas).

Les compagnies pharmaceutiques ne veulent pas être mises sous pression. En réponse implicite aux pressions de la Maison-Blanche, neuf patrons de sociétés développant des vaccins contre le Covid-19 ont signé mardi un engagement commun à respecter la plus haute rigueur scientifique. "Nous, les entreprises biopharmaceutiques soussignées, souhaitons redire notre engagement continu à développer et à tester des vaccins potentiels contre le Covid-19 dans le respect de hautes normes éthiques et de principes scientifiques rigoureux", ont déclaré dans un communiqué conjoint les directeurs généraux d'AstraZeneca, BioNTech, GlaxoSmithKline, Johnson & Johnson, Merck Sharp & Dohme, Moderna, Novavax, Pfizer et Sanofi.

Qui valide les vaccins? Aux Etats-Unis, c'est la FDA, Agence américaine des médicaments, qui donnera l'approbation finale pour un vaccin. Or, celle-ci concentre les inquiétudes de plusieurs experts et anciens responsables sanitaires aux Etats-Unis, après qu'elle a autorisé pour une utilisation en urgence, malgré l'absence de preuves rigoureuses, deux traitements contre le Covid-19, l'hydroxychloroquine (autorisation révoquée par la suite) et le plasma sanguin de patients rétablis, tous deux vantés par Donald Trump.

👉 Si vous voulez en savoir plus sur le sujet, cliquez ici.

NOS ARTICLES POUR DÉCRYPTER ET MIEUX COMPRENDRE

INFO JDD. Retard, annulation de vol, indemnisation de passager : le bilan estival du secteur aérien français

Lire la suite

Covid-19 : le gouvernement envisage de réduire la durée de la quatorzaine

Lire la suite


Surprendre

NOTRE INFO EN PLUS
Mulan, quand l'héroïne devient un symbole de la contestation contre Pékin

Les appels au boycott de "Mulan", filmé en partie au Xinjiang, se multiplient. (Reuters)

Des appels au boycott. Après une sortie contrariée sur grand écran pour cause de crise sanitaire, le remake de Mulan est disponible depuis le 4 septembre sur la plateforme Disney + et au cinéma en Chine, à partir de demain. Mais depuis sa diffusion, les appels au boycott se multiplient pour protester contre la gouvernance chinoise et la violation des droits des Ouïghours, minoritée musulmane. En effet, des téléspectateurs ont remarqué quelques lignes à la fin des crédits où Disney adresse "des remerciements particuliers" aux instances gouverementales du Xijang. Plusieurs scènes du film ont été tournées dans cette région du Nord-Ouest de la Chine, où Pékin est accusé d'interner les membres de cette communauté dans des camps de "rééducation" politique.

Un soutien à la police de Hongkong. Ce n'est pas la première controverse dont fait l'objet la superproduction de 200 millions de dollars. L'an dernier, l'actrice Liu Yifei, qui incarne la guerrière chinoise, avait exprimé son soutien à la police de Hongkong, accusée par le camp pro-démocratie de réprimer les manifestations contre la nouvelle loi permettant d'autoriser les extraditions de l'ancienne colonie vers la Chine continentale. Une alliance de militants taïwanais, thaïlandais et hongkongais dénonçant l'autoritarisme de Pékin avait alors lancé un premier mouvement de boycott sur les réseaux sociaux : #BoycottMulan.

Un écho aux Etats-Unis et en Europe. Depuis la diffusion du film, le phénomène s'est amplifié, et a été relayé aux Etats-Unis et en Europe. Amnesty International a notamment dénoncé le tournage de ce long-métrage dans une région où les Ouïghours font l'objet d'internement. Disney n'a pas encore fait de commentaires sur cette polémique. 

NOS ARTICLES QUI VONT VOUS SURPRENDRE

Fonctionnel, esthétique... et sécurisant : le design s'adapte au Covid-19

Lire la suite

Des œuvres en cascade à Nantes pour le festival d'art dans l'espace public

Lire la suite



Découvrez notre offre d'abonnement, gratuite pendant 2 mois
  • Le Journal du Dimanche, le week-end, votre journal à lire et télécharger en version numérique dès le samedi soir à 23h45
  • Le Journal de Demain, chaque soir, du lundi au samedi, l'actualité du lendemain ... avant tout le monde
  • Bon Dimanche, le mercredi, La sélection exclusive de la rédaction pour organiser votre week-end
  • Bon Dimanche à Paris, le vendredi, votre week-end à Paris et en Île-de-France
  • Lejdd.fr en illimité, 100% des articles premium disponibles
Je m'abonne
0€ pendant 2 mois, puis 6,90€/mois


ON RESTE EN CONTACT ? 

Si vous ne souhaitez plus recevoir ce type d'e-mails, veuillez vous désabonner ici


En application des dispositions de la loi nº 78-17 du 6 janvier 1978 dite « Informatique et Libertés » modifiée, toute personne physique dispose des droits d'accès, de rectification, d'opposition et de suppression des données la concernant. L'exercice de ces droits peut s'effectuer à tout moment par la voie postale à l'adresse suivante : Le Journal du Dimanche - 2 rue des Cévennes 75015 Paris

>