Online shopping for the latest electronics, fashion, phone accessories, computer electronics, toys, home&garden, home appliances, tools, home improvement and more.

FIVE_BUCKS_ALI

HELP_BUTTON

ALIepnDYNAMIX

HOLLOWEEN

ebayDYNAMIX

WEEKLY DEALS

Flash Deals

On ne pourra plus s'en passer

L'énigme de la momie, le masque requis et une rencontre Kosovo-Serbie
JE M'ABONNE


Bonjour 👋 !

Nous sommes le jeudi 16 juillet  et voici votre Newsletter du Matin. Aux aoûtistes, courage : la moitié du mois est déjà écoulée. N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques ici. On commence tout de suite avec les infos du jour 👇


Anticiper

LES INFOS DU JOUR
L'avortement au Parlement, un face-à-face à Bruxelles et une probable coupe pour le Real

Zinédine Zidane et Karim Benzema le mois dernier à Madrid. (Reuters)

1. Une loi pour améliorer l'accès à l'avortement. Une trentaine de parlementaires dévoilent à 14 heures une proposition de loi transpartisane pour améliorer l'effectivité du droit à l'IVG, pratiqué 224.000 fois par an en France. A l'initiative du groupe Ecologie Démocratie Solidarité, elle devrait être débattue en octobre.

2. Serbie-Kosovo : rencontre en chair et en os. Après des réunions par visioconférence, le président serbe et le Premier ministre kosovar se retrouvent à Bruxelles. L'Union européenne pousse au maximum pour une reconnaissance mutuelle entre les deux pays. Car pour l'instant, cette dispute territoriale constitue un obstacle majeur sur la voie de l'adhésion serbe à l'UE.

3. Zizou proche d'un nouveau sacre. En cas de succès sur Villareal ou de contre-performance du Barça ce soir, Zinédine Zidane sera sacré champion d'Espagne pour la 34e fois de son histoire. Depuis la fin du confinement, le Real Madrid, porté par un Karim Benzema en lévitation, réalise une performance.

L'ACTU À VENIR

Plan de relance, emploi des jeunes, retraites… Voici ce dont Castex veut discuter avec les partenaires sociaux

Lire la suite

Robert Ménard bien placé pour prendre la présidence de Béziers Méditerranée

Lire la suite


Expliquer

NOTRE TOPO D'ACTU
Masque obligatoire dans les lieux clos : comment la mesure va se mettre en place

Les musées pourraient faire partie des lieux concernés par le port du masque obligatoire. (Reuters)

Ce que l'on sait déjà. Hier, le Premier ministre, Jean Castex a déclaré que la préparation face à une reprise possible de l'épidémie de Covid-19 "passe nécessairement par un développement du port du masque". La veille, face au relâchement du respect des gestes barrière, Emmanuel Macron a indiqué que ce dernier allait devenir "obligatoire dans tous les lieux publics clos", et ce "dans les prochaines semaines", "par exemple à partir du 1er août".


Quels lieux sont concernés?  Reste à savoir à quoi correspond le terme "lieux publics clos", qui n'a pas d'existence légale. "Un travail assez rapide de définition" va être engagé par le gouvernement, selon son porte-parole Gabriel Attal. La liste des établissements concernés sera fixée par décret. Si l'on se fie à la définition des établissements recevant du public (ERP), les salles de spectacle, les magasins, les hôtels, les centres de vacances, les bibliothèques, les musées ou encore les lieux de cultes pourraient en faire partie.

Pourquoi un tel délai? Si la date d'entrée en vigueur de cette obligation peut sembler tardive, 
ce délai doit permettre un "travail logistique" selon le ministre de la Santé Olivier Véran. Pour autant, il ne doit pas inciter les Français à attendre pour "porter le masque au maximum lorsqu'ils sont dehors", a rappelé le chef d'Etat.

Quelles sanctions? On ne sait pas encore si cette extension du port obligatoire du masque s'accompagnera de sanctions pour les contrevenants - comme c'est déjà le cas dans les transports avec 135 euros d'amende - ou si elle sera simplement incitative.


👉  Si vous voulez tout comprendre à ce sujet, cliquez ici.

NOS ARTICLES POUR DÉCRYPTER ET MIEUX COMPRENDRE

Municipales : pourquoi on est encore loin de la parité dans les intercommunalités

Lire la suite

Flèche de Notre-Dame : après l'abandon du concours, des architectes regrettent une décision "populiste"

Lire la suite


Surprendre

NOTRE INFO EN PLUS
La bataille pour savoir qui détient la momie des "7 Boules de cristal"

Une controverse agite depuis quelques jours la Belgique, le pays natal de Hergé, créateur de Tintin. Jusqu'à la semaine dernière, le Musée Art et Histoire (MAH) de Bruxelles pouvait se vanter de compter dans sa collection la momie qui inspira au dessinateur son personnage de Rascar Capac, présent dans Les 7 Boules de cristal. Mais le parc zoologique Pairi Daiza, en Wallonie, assure désormais qu'il possède l'authentique squelette, vieux de 2.000 ans.

Un rebondissement qui n'est pas du goût de la direction des musées royaux, qui a dénoncé à demi-mot une publicité mensongère. Si de nombreux objets ayant inspiré Hergé sont exposés au MAH, la momie péruvienne fait partie des pièces les plus prisées et constitue donc un produit d'appel pour attirer les visiteurs. Devant l'ampleur de la polémique, Pairi Daiza a reconnu que l'origine de l'effrayant Inca du treizième tome des Aventures de Tintin ne pouvait être établie avec certitude. Mais pour Philippe Goddin, expert reconnu de l'œuvre de Hergé, les premières représentations de Rascar Capac pourraient être issues de squelettes aujourd'hui situés… au quai Branly, à Paris. L'énigme reste entière.

NOS ARTICLES QUI VONT VOUS SURPRENDRE

Il vit dans une cabane perchée qui pourrait bientôt être détruite

Lire la suite

Madame Monsieur en mode rap

Lire la suite


NOUVEAU ! 
Découvrez notre offre d'abonnement, gratuite pendant 2 mois
  • Le Journal du Dimanche, le week-end, votre journal à lire et télécharger en version numérique dès le samedi soir à 23h45
  • Le Journal de Demain, chaque soir, du lundi au samedi, l'actualité du lendemain ... avant tout le monde
  • Bon Dimanche, le mercredi, La sélection exclusive de la rédaction pour organiser votre week-end
  • Bon Dimanche à Paris, le vendredi, votre week-end à Paris et en Île-de-France
  • Lejdd.fr en illimité, 100% des articles premium disponibles
Je m'abonne
0€ pendant 2 mois, puis 6,90€/mois


ON RESTE EN CONTACT ? 

Si vous ne souhaitez plus recevoir ce type d'e-mails, veuillez vous désabonner ici


En application des dispositions de la loi nº 78-17 du 6 janvier 1978 dite « Informatique et Libertés » modifiée, toute personne physique dispose des droits d'accès, de rectification, d'opposition et de suppression des données la concernant. L'exercice de ces droits peut s'effectuer à tout moment par la voie postale à l'adresse suivante : Le Journal du Dimanche - 2 rue des Cévennes 75015 Paris

>