Online shopping for the latest electronics, fashion, phone accessories, computer electronics, toys, home&garden, home appliances, tools, home improvement and more.

FIVE_BUCKS_ALI

HELP_BUTTON

ALIepnDYNAMIX

HOLLOWEEN

ebayDYNAMIX

WEEKLY DEALS

Flash Deals

Enfin d'accord!

Certains arrivent, un autre s'en va.
JE M'ABONNE


Bonjour 👋 !

Nous sommes le mardi 21 juillet et voici votre Newsletter du Matin.  N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques ici. Au menu : l'Union européenne a enfin réussi à trouver un accord sur un plan d'aide massif après plus de quatre jours et quatre nuits de négociations. On vous explique tout ce qu'il faut savoir dans notre topo d'actu. Mais on commence tout de suite avec les infos du jour 👇


Anticiper

LES INFOS DU JOUR
La gauche se parle, le gouvernement s'étoffe et le capitaine du PSG fait ses adieux au Parc

Successivement : Anne Hidalgo (Eric Dessons/JDD), Jean Castex et Emmanuel Macron (Sipa), Thiago Silva (Sipa).

1. Ça s'organise à gauche. A l'initiative notamment de la maire PS de Paris, Anne Hidalgo, une vingtaine d'élus de grandes villes françaises ont décidé de créer un "réseau vert-rose-rouge" qu'ils inaugurent aujourd'hui à Tours. Leur objectif est de "travailler main dans la main" pour peser au niveau national, en particulier sur les enjeux écologiques, le logement ou les mobilités durables.

2. Ça s'impatiente dans la majorité. Mais deux semaines après la formation du gouvernement de Jean Castex,  les secrétaires d'Etat devraient être nommés ces prochaines heures, peut-être d'ici à ce soir. A l'Assemblée, ce ­suspense met les nerfs des députés macronistes postulants à rude épreuve.

3. Ça sera émouvant : le capitaine brésilien du PSG, Thiago Silva, va faire ses adieux au Parc des Princes ce soir face aux Ecossais du Celtic (19h). Le stade ne pourra accueillir que 5.000 spectateurs mais les Ultras parisiens promettent déjà au défenseur de 35 ans un hommage digne de ce nom. Thiago Silva quittera le club après la fin de la Ligue des champions, en août.

L'ACTU À VENIR

Parquet national financier : on va connaître les résultats très attendus de l'inspection judiciaire

Lire la suite

Jeux olympiques de Tokyo : dans un an, vraiment?

Lire la suite


Expliquer

NOTRE TOPO D'ACTU
Un accord historique pour l'Union européenne

Ursula van der Leyen, présidente de la Commission européenne, et Charles Michel, président du Conseil européen, ce matin. (Reuters)

Enfin un accord à Bruxelles.  Au terme d'un sommet marathon de près de cinq jours et quatre nuits, les dirigeants européens sont parvenus mardi à l'aube à un accord sur le plan de relance qui doit permettre à leurs économies de rebondir face à l'épidémie de coronavirus. Les chefs d'Etat et de gouvernement des 27 pays de l'Union européenne se sont accordés sur les modalités de ce plan massif de relance de 750 milliards d'euros.
Soulagement. "Deal!", a tweeté le président du Conseil européen Charles Michel à 5h31. De son côté le président français Emmanuel Macron a salué un "jour historique pour l'Europe".
Plan d'aides record. Fruit d'intenses tractations, l'accord final revoit à la baisse la part de subventions dans le plan de relance, un geste en direction des pays dits "frugaux". Le montant de ces subventions a été fixé à 390 milliards, contre les 500 milliards prévus au départ et défendus par Berlin et Paris au nom de la solidarité européenne envers les pays comme l'Italie et l'Espagne, les plus durement touchés par le virus.
Qui sont les "frugaux"? Les pays dits "frugaux" sont surnommés ainsi pourleur faible disposition à dépenser davantage d'argent public sans contreparties, malgré l'urgence de la crise économique provoquée par le Covid-19. Sur la scène européenne, on parle des "Frugal four" pour désigner les Pays-Bas, l'Autriche, le Danemark et la Suède. Ils sont soutenus dans la bataille actuelle par la Finlande et ont pu compter par le passé sur l'appui de l'Allemagne, qui défend aujourd'hui avec Paris ce plan à 750 milliards d'euros. Le point commun de tous ces pays du Nord de l'Europe? Ils sont contributeurs nets au budget de l'UE, c'est-à-dire qu'ils versent plus d'argent qu'ils n'en reçoivent.

NOS ARTICLES POUR DÉCRYPTER ET MIEUX COMPRENDRE

Oui, la France est bien le premier pays du monde à verbaliser le harcèlement de rue

Lire la suite

Le grand boom de Zoom

Lire la suite


Surprendre

NOTRE INFO EN PLUS
Les stars de la NBA cloîtrées à Disney World

Le Walt Disney World Resort d'Orlando, en Floride. (Sipa)

Vingt-deux équipes NBA se sont retrouvées ces derniers jours à Orlando, en Floride, sur des pans entiers du Walt Disney World Resort privatisés pour l'occasion par la ligue de basket. C'est l'étonnante solution qui a été trouvée pour achever la saison interrompue par la pandémie en mars, tout en évitant de nouvelles contaminations. La ligue de football (MLS) a fait aussi ce choix.

L'expérience durera trois mois pour les meilleures franchises. Les matches d'entraînement reprendront demain entre des équipes résidant dans le même hôtel, tandis que le retour officiel à la compétition est fixé au 30 juillet, à huis clos, avec huit rencontres déterminant les positions en playoffs (début le 17 août). L'entreprise est colossale : trois salles mises à disposition pour la compétition, 350 joueurs pris en charge, sans compter les coaches et personnels des franchises, pour une facture estimée à 170 millions de dollars.

Mais pour les stars de la NBA, on reste loin du monde merveilleux de Mickey. Une fois sur place, il leur a d'abord fallu passer par 36 heures de quarantaine en chambre, balisées par deux tests. Ces tests restent quotidiens et les basketteurs devront même porter un bracelet connecté permettant aussi bien de rappeler un manquement au protocole que d'ouvrir la porte de sa chambre. Tout n'est pas non plus horrible. "La NBA fait tout pour nous rendre la vie agréable, admet le pivot Vincent Poirier, logé avec les Boston Celtics au Gran Destino Tower. Plein de petits cadeaux nous attendaient dans la chambre : clavier iPad, clé de streaming, nos snacks préférés…"

👉  Si vous voulez en savoir plus, cliquez ici.

NOS ARTICLES QUI VONT VOUS SURPRENDRE

Roselyne Bachelot, une insubmersible au ministère de la Culture

Lire la suite

L'ambroisie, ce nectar dangereux qui infeste la Région Auvergne-Rhône-Alpes

Lire la suite


NOUVEAU ! 
Découvrez notre offre d'abonnement, gratuite pendant 2 mois
  • Le Journal du Dimanche , le week-end, votre journal à lire et télécharger en version numérique dès le samedi soir à 23h45
  • Le Journal de Demain, chaque soir, du lundi au samedi, l'actualité du lendemain ... avant tout le monde
  • Bon Dimanche, le mercredi, La sélection exclusive de la rédaction pour organiser votre week-end
  • Bon Dimanche à Paris, le vendredi, votre week-end à Paris et en Île-de-France
  • Lejdd.fr en illimité, 100% des articles premium disponibles
Je m'abonne
0€ pendant 2 mois, puis 6,90€/mois


ON RESTE EN CONTACT ? 

Si vous ne souhaitez plus recevoir ce type d'e-mails, veuillez vous désabonner ici


En application des dispositions de la loi nº 78-17 du 6 janvier 1978 dite « Informatique et Libertés » modifiée, toute personne physique dispose des droits d'accès, de rectification, d'opposition et de suppression des données la concernant. L'exercice de ces droits peut s'effectuer à tout moment par la voie postale à l'adresse suivante : Le Journal du Dimanche - 2 rue des Cévennes 75015 Paris

>