Online shopping for the latest electronics, fashion, phone accessories, computer electronics, toys, home&garden, home appliances, tools, home improvement and more.

FIVE_BUCKS_ALI

HELP_BUTTON

ALIepnDYNAMIX

HOLLOWEEN

ebayDYNAMIX

WEEKLY DEALS

Flash Deals

C'est qui le patron?

Les Bretons contaminés, le futur boss de France Télé et des robots tueurs à l'Assemblée.
JE M'ABONNE


Bonjour 👋 !

Nous sommes le mercredi 22 juillet et voici votre Newsletter du Matin.  N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques ici. A ceux qui attendent impatiemment le week-end : courage. La moitié de la semaine est déjà écoulée. On commence tout de suite avec les infos du jour 👇


Anticiper

LES INFOS DU JOUR
25 milliards pour la recherche, un chef pour France Télévisions et un goût de reprise pour la NBA

Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation à l'Elysée il y a deux semaines. (Sipa)

1. La recherche au menu du Conseil des ministres. Le projet de loi pluriannuel de la recherche est présenté aujourd'hui par Frédérique Vidal au reste du gouvernement. S'il prévoit de réinjecter 25 milliards d'euros sur les dix prochaines années dans la recherche publique, le texte fait face à une contestation inédite des chercheurs, qui dénoncent régulièrement la précarité de leur situation.

2. Qui dirigera France Télévisions pendant les cinq prochaines années? Le nom du futur patron de l'audiovisuel public pourrait être dévoilé dès aujourd'hui, après un vote des membres du CSA. L'actuelle dirigeante Delphine Ernotte, l'ancien patron de RTL Christopher Baldelli et le patron de la RTBF Jean-Paul Philippot font partie des favoris. 


3. La NBA est de retour. Avant la reprise officielle de la saison le 30 juillet, huit équipes disputeront à partir de 21 heures des matches amicaux dans la bulle installée au Walt Disney World Resort, en Floride. Au programme : Orlando-Los Angeles Clippers, Washington-Denver, New Orleans-Brooklyn et Sacramento-Miami.

L'ACTU À VENIR

Ce que la France va faire avec le plan de relance européen

Lire la suite

Pourquoi la droite ne croit pas en Valérie Pécresse pour la présidentielle de 2022

Lire la suite


Expliquer

NOTRE TOPO D'ACTU
Covid-19 : ce qu'il faut savoir sur la situation sanitaire en Bretagne

Une biologiste effectue un dépistage Covid-19 à Plabennec, dans le Finistère, lundi. (AFP)

Ce chiffre qui a alarmé la Bretagne. Le R0, le taux de reproduction du virus, a été mesuré la semaine dernière à 2,62 dans la région. Or, le R0 doit être maintenu en dessous de 1 pour endiguer l'épidémie. Cette hausse a pu laisser craindre un rebond dans une région qui a été peu touchée aux mois de mars-avril. Mais cette poussée s'explique notamment par une augmentation des dépistages après la découverte de huit clusters dans le Finistère. 

Les autres indicateurs sont plutôt rassurants.  La situation épidémique est pour le moment "sous contrôle" en Bretagne, selon le préfet du Finistère Pascal Lelarge. Le taux de positivité (le nombre de tests positifs sur le nombre total de tests) est de 1,7% dans la région (0,8% en France métropolitaine), alors que le seuil d'alerte se situe au-dessus de 10%. Quant au taux d'incidence (le nombre de nouveaux cas positifs détectés pour 100.000 habitants sur sept jours), il est de 2,8 cas pour 100.000 habitants, soit bien en dessous du seuil de vigilance qui a été fixé à 10. Le nombre de personnes hospitalisées en réanimation reste également à un niveau très bas.

Une inquiétude persiste dans le Finistère. Toutefois, la situation dans le Finistère, et plus précisément dans la région brestoise, est "source de préoccupation" selon le préfet. Dans le département, le taux d'incidence est de 15,3 cas. Il est donc au-delà du seuil de vigilance mais encore loin du seuil d'alerte (50 cas), qui a déjà été dépassé la semaine dernière en Mayenne (Pays de la Loire). La préfète de Bretagne a pour l'heure exclu l'utilisation de mesures restrictives. 
 
👉 Si vous voulez tout comprendre à ce sujet, cliquez ici.

NOS ARTICLES POUR DÉCRYPTER ET MIEUX COMPRENDRE

Vaccin contre le Covid-19 : pourquoi il faut être encore patient

Lire la suite

TRIBUNE. Robots tueurs autonomes : pour des députés, "la France s'expose à un décrochage technologique majeur"

Lire la suite


Surprendre

NOTRE INFO EN PLUS
Au Japon, défense de crier dans les parcs d'attractions

Réservation obligatoire, nombre de places limité, respect de la signalétique et du port du masque : depuis le déconfinement et la réouverture des parcs d'attractions (autorisée depuis le 2 juin dans l'Hexagone), les Français en manque de sensations fortes se sont progressivement adaptés à ces contraintes. Mais pour éviter la propagation du coronavirus, les Japonais sont allés encore plus loin, en recommandant à leurs visiteurs de ne pas crier.

C'est en tout cas ce que prescrit l'East and West Japan Theme Park Associations – une organisation regroupant notamment Tokyo Disneyland et Universal Sudios Japan). L'absence de hurlements, y compris lors des attractions en plein air, doit permettre d'éviter une transmission du Covid-19 par gouttelettes, mais aussi par une éventuelle voie aérienne. Une règle pas banale (et franchement dure à appliquer) dans de tels établissements, mais dont les manquements ne sont heureusement pas sanctionnés.

NOS ARTICLES QUI VONT VOUS SURPRENDRE

La reconnaissance faciale avance masquée

Lire la suite

A Tijuana, l'artiste Enrique Chiu fait du mur antimigrants un symbole de fraternité

Lire la suite


NOUVEAU ! 
Découvrez notre offre d'abonnement, gratuite pendant 2 mois
  • Le Journal du Dimanche , le week-end, votre journal à lire et télécharger en version numérique dès le samedi soir à 23h45
  • Le Journal de Demain, chaque soir, du lundi au samedi, l'actualité du lendemain ... avant tout le monde
  • Bon Dimanche, le mercredi, La sélection exclusive de la rédaction pour organiser votre week-end
  • Bon Dimanche à Paris, le vendredi, votre week-end à Paris et en Île-de-France
  • Lejdd.fr en illimité, 100% des articles premium disponibles
Je m'abonne
0€ pendant 2 mois, puis 6,90€/mois


ON RESTE EN CONTACT ? 

Si vous ne souhaitez plus recevoir ce type d'e-mails, veuillez vous désabonner ici


En application des dispositions de la loi nº 78-17 du 6 janvier 1978 dite « Informatique et Libertés » modifiée, toute personne physique dispose des droits d'accès, de rectification, d'opposition et de suppression des données la concernant. L'exercice de ces droits peut s'effectuer à tout moment par la voie postale à l'adresse suivante : Le Journal du Dimanche - 2 rue des Cévennes 75015 Paris

>