Online shopping for the latest electronics, fashion, phone accessories, computer electronics, toys, home&garden, home appliances, tools, home improvement and more.

FIVE_BUCKS_ALI

HELP_BUTTON

ALIepnDYNAMIX

HOLLOWEEN

ebayDYNAMIX

WEEKLY DEALS

Flash Deals

Ça coince

Des secrétaires d'Etat attendus, un verdict prévu, la guerre des consoles relancée
JE M'ABONNE


Bonjour 👋 !

Nous sommes le jeudi 23 juillet et voici votre Newsletter du Matin.  N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques ici. On commence tout de suite avec les infos du jour 👇


Anticiper

LES INFOS DU JOUR
Des secrétaires d'Etat attendus, un verdict prévu, la guerre des consoles relancée

La Xbox Series X (à gauche) et la PS5. (Microsoft/Sony)

1.  Le dénouement sera connu "très rapidement", a promis hier midi le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à l'issue du Conseil des ministres. Formé il y a plus de deux semaines, le gouvernement Castex n'a toujours pas de secrétaires d'Etat. Leur nomination était d'abord attendue la semaine dernière puis au début de celle-ci. Mais le Conseil européen de quatre jours et l'intervention d'Emmanuel Macron mardi soir sur TF1 ont retardé l'annonce.

2. C'est l'un des derniers procès du nazisme. Le verdict dans le procès de Bruno Dey, ancien gardien SS du camp de concentration polonais de Stutthof, est attendu aujourd'hui. Ce boulanger à la retraite de 93 ans, qui a coulé des jours paisibles avant d'être rattrapé par la justice, est accusé de complicité dans plus de 5.000 meurtres commis entre août 1944 et avril 1945.

3. Xbox dévoile son jeu dans la guerre des consoles. A partir de 17 heures, aura lieu le Xbox Games Showcase, dans lequel Microsoft présentera ses futurs jeux, à commencer par le très attendu Halo Infinite. Les commercialisations de la Xbox Series X de Microsoft et la PS5 de Sony sont prévues en fin d'année.

L'ACTU À VENIR

Exactions, camps d'internement : ce qu'il faut savoir sur la répression des Ouïgours en Chine

Lire la suite

Au Mali, les présidents africains vont tenter de sauver leur homologue IBK

Lire la suite


Expliquer

NOTRE TOPO D'ACTU
Covid-19 : pourquoi ça coince encore avec les tests

Une file d'attente lors d'une opération de dépistage à Laval, en Mayenne, le 15 juillet. (Reuters)

Des différences entre la théorie et la pratique. Après avoir arraché l'obligation du masque dans les lieux clos, en vigueur depuis lundi, des médecins et experts s'attaquent désormais aux lenteurs de la France dans le dépistage du coronavirus. En théorie, la France est capable de pratiquer chaque semaine l'analyse génétique de 700.000 ­prélèvements dans le nez. En pratique, quelque 390.000 ­examens seulement sont réalisés. Pourtant, des queues se forment devant les laboratoires d'analyse et cette capacité n'empêche pas la situation de déborder localement, comme en Mayenne.

Un manque de bras. Pour circonscrire le reflux de l'épidémie dans ce département, il faudrait en fait tester ­environ 300.000 ­personnes. Mais à raison de 1.200 tests par jour la semaine dernière, difficile d'agir dans un délai raisonnable... "Sur le papier, on a la capacité, déclare au JDD un responsable sanitaire, mais en pratique, ça bloque car il manque des bras." Cette carence en ­ressources humaines affecte aussi la Caisse primaire d'assurance ­maladie, qui remonte la chaîne des cas contact. "Des ­patients testés positifs disent que, deux jours après avoir eu leur ­résultat, ils n'ont toujours pas été appelés", explique Luc ­Duquesnel, médecin dans le département et président de la branche généralistes du ­syndicat Les ­Généralistes CSMF.

Un problème logistique. La crise a mis au jour une limite du système français, centré sur quelque 4.000 ­laboratoires privés bien répartis sur le territoire mais moins productifs que les usines allemandes. Aujourd'hui, le pays compte 117 ­plateformes, souvent de taille moyenne, publiques et privées, habilitées à analyser les prélèvements. "Il y a urgence à valider les demandes d'accréditation en biologie moléculaire de nouveaux laboratoires, mais les obstacles ­réglementaires ­devraient être levés", plaide ainsi ­François ­Blanchecotte, ­président du Syndicat des ­biologistes.

👉 Si vous voulez tout comprendre à ce sujet, cliquez ici.

NOS ARTICLES POUR DÉCRYPTER ET MIEUX COMPRENDRE

Complotisme : comment le youtubeur Thierry ­Casasnovas est devenu un gourou en temps de crise sanitaire

Lire la suite

France Rail Industry : le fleuron d'Hayange aiguise les appétits

Lire la suite


Surprendre

NOTRE INFO EN PLUS
En Suède, les femmes prêtres désormais plus nombreuses que les hommes

Eva Brunne (à droite) est prêtre de l'Église de Suède, évêque de Stockholm depuis 2009.(AFP) 

Pour la première fois de son histoire, la Suède compte plus de femmes prêtres que d'hommes,  soixante ans après les premières ordinations féminines. "La parité est arrivée plus vite que nous l'avions imaginé", raconte Cristina Grenholm, secrétaire de l'Eglise de Suède. En 1990, un rapport estimait que la part des femmes dans le clergé suédois ne représenterait la moitié des prêtres qu'en 2090. Cela n'a finalement pris que trente ans".

Une des raisons qui expliquent ce phénomène est l'augmentation progressive de la proportion d'étudiantes dans l'enseignement sacerdotal, particulièrement après la séparation de l'Eglise et de l'Etat, en 2000. En 2013, environ 70% des étudiants suédois qui suivaient une formation pratique de prêtre étaient des femmes.


Si en Suède le clergé a atteint la parité, l'écart de salaire entre les prêtres hommes et femmes demeure en moyenne de 2.200 couronnes suédoises, soit environ 215 euros par mois.

NOS ARTICLES QUI VONT VOUS SURPRENDRE

Haut-de-Seine : les étangs de Corot, classés mais bouleversés

Lire la suite

Judd Apatow : "J'ai une sorte de radar pour dénicher les diamants bruts"

Lire la suite


NOUVEAU ! 
Découvrez notre offre d'abonnement, gratuite pendant 2 mois
  • Le Journal du Dimanche , le week-end, votre journal à lire et télécharger en version numérique dès le samedi soir à 23h45
  • Le Journal de Demain, chaque soir, du lundi au samedi, l'actualité du lendemain ... avant tout le monde
  • Bon Dimanche, le mercredi, La sélection exclusive de la rédaction pour organiser votre week-end
  • Bon Dimanche à Paris, le vendredi, votre week-end à Paris et en Île-de-France
  • Lejdd.fr en illimité, 100% des articles premium disponibles
Je m'abonne
0€ pendant 2 mois, puis 6,90€/mois


ON RESTE EN CONTACT ? 

Si vous ne souhaitez plus recevoir ce type d'e-mails, veuillez vous désabonner ici


En application des dispositions de la loi nº 78-17 du 6 janvier 1978 dite « Informatique et Libertés » modifiée, toute personne physique dispose des droits d'accès, de rectification, d'opposition et de suppression des données la concernant. L'exercice de ces droits peut s'effectuer à tout moment par la voie postale à l'adresse suivante : Le Journal du Dimanche - 2 rue des Cévennes 75015 Paris

>